Négo IC/I (construction) 2017

Rétroactivité – l’Alliance syndicale a retardé délibérément la négociation

03 MAI 2017

Message

La demande de médiation : le but recherché n’était pas de faire avancer les discussions, mais d’acquérir un rapport de force

La médiation, demandée par l’Alliance syndicale au début du mois de mars, a pris fin le 30 avril. La ministre responsable du Travail, Dominique Vien, a annoncé qu’elle ne serait pas prolongée. Ceci fait l’affaire de l’Alliance qui s’opposait à la prolongation de la médiation afin d’acquérir le plus rapidement possible son rapport de force. Cela veut dire que les travailleurs obtiendront le droit de grève le 22 mai prochain sauf si une entente est conclue avant. Les conventions collectives sont donc arrivées à échéance sans qu’une entente soit conclue. Même si elles sont échues, il est important de savoir que les conventions collectives continuent de s’appliquer jusqu’à ce qu’une nouvelle entente soit signée ou s’il y a grève.

L’ACQ demeure de bonne foi et désire poursuivre la négociation avec l’aide de la conciliation

À la demande de l’ACQ, la ministre du Travail a désigné Lise Lavallée comme conciliatrice pour encadrer les discussions qui devront se poursuivre à la table de négociation. L’ACQ entend poursuivre les discussions afin d’en arriver à une entente négociée sur les vrais enjeux liés aux conventions collectives.

100 jours de négociation perdus - une stratégie syndicale bien planifiée

L’échéance des conventions collectives a permis à l’Alliance syndicale de relancer le débat sur la rétroactivité qui ne constitue pas un sujet de négociation permis par la loi R-20 ! Nous sommes donc en droit de nous demander si ce n’est pas une tactique de l’Alliance pour ne pas négocier, pour rejeter les demandes légitimes des employeurs.

Il faut rappeler que l’Alliance syndicale a refusé de s’asseoir à la table de négociation pendant plus de 100 jours l’automne dernier malgré les nombreuses demandes de l’ACQ. À cela, il faut ajouter près de 60 jours perdus en janvier et février, sans qu’aucune discussion sur les vrais enjeux n’ait eu lieu, et ceci, sans compter les 11 rencontres de négociation annulées par le syndicat durant cette période. Il est donc faux de prétendre que la partie patronale a retardé la négociation, ceci relève plutôt des faits alternatifs.

Une stratégie annoncée un an à l’avance

Pour ceux qui doutent encore d’une stratégie syndicale préméditée, rappelons que bien avant le début de la négociation, en juin 2016, le directeur général de la FTQ avait soulevé le débat de la rétroactivité. Il a alors déclaré au Journal de Montréal que les travailleurs déclencheraient la grève si le dossier de la rétroactivité n’était pas réglé. L’Alliance annonçait la grève avant même le début de la négociation.

Tout le monde sait que la rétroactivité est impraticable dans notre industrie et c’est pourquoi la loi R-20 ne la permet pas. Par contre, elle prévoit un calendrier de négociation qui débute bien avant l’échéance des conventions collectives. En ne suivant pas le processus prévu dans la loi, l’Alliance syndicale pénalise elle-même ses travailleurs. En clair, ce ne sont pas les employeurs qui privent les travailleurs de leur augmentation de salaire, mais le résultat d’une stratégie syndicale.

La vraie solution passe par une entente.

Tout le monde devrait retenir la leçon qu’il faut commencer plus tôt, mais on ne peut revenir en arrière ni rattraper le temps perdu. Les stratégies syndicales de pelleter la négociation en avant n’ont que des effets néfastes tant pour les travailleurs que pour les employeurs.

Une entente négociée pour une industrie plus flexible tout en conservant les conditions des travailleurs a toujours été possible avant le 30 avril et demeure la priorité de l’ACQ. C’est faisable !

Pour plus d’information sur la stratégie préméditée de l’Alliance depuis 2016, vous pouvez consulter les liens suivants :

Tableau de bord négo IC/I en date du 3 mai 2017

Temps supplémentaire

Temps supplémentaire

Salaire

Salaire

Horaire de travail

Horaire travail

Frais de déplacement

Frais de déplacement

Mobilité de la main d’œuvre

Mobilité de la main d’œuvre

Période d’essai

Période d’essai

Indemnité d’équipement de sécurité

Indemnité d’équipement de sécurité

Chef de groupe et chef d’équipe

Chef de groupe et chef d’équipe

Notion d’industrie lourde

Notion d’industrie lourde

Primes

Primes

Indemnité pour intempérie

Indemnité pour intempérie

Résolution de conflits

Moyen alternatif de règlements des conflits

Légende

jaune Discussion à venir
jaune Négociation en cours
rouge Pas d’entente en vue
vert Accord de principe

Plus d'articles sur la négo:

Asociation de la construction du Québec

Contactez un conseiller en relations du travail ACQ

Québec
418 687-1992

Sherbrooke
819 566-7077

Gatineau
819 770-1818

Rimouski
418 724-4044

Trois-Rivières
819 840-1286

Drummondville
819 477-1448

Sainte-Catherine
450 638-2005

Sept-Îles
418 968-9302

Saguenay
418 548-4678

Montréal et environs
514 354-0609

nego@prov.acq.org